L'atalante éditions
 
Commande librairie Logo caddie
  • NOUVEAUTÉS

La Terre embrasée Orson Scott Card
La Terre embrasée
Orson Scott Card
Date de parution 19 juin 2014
Les Chevaux célestes Guy Gavriel Kay
Les Chevaux célestes
Guy Gavriel Kay
Date de parution 19 juin 2014
Foudre de guerre Larry Correia
Foudre de guerre
Larry Correia
Date de parution 21 août 2014
Bouclier périlleux Jack Campbell
Bouclier périlleux
Jack Campbell
Date de parution 21 août 2014
Le sang des 7 Rois - livre IV Régis Goddyn
Le sang des 7 Rois - livre IV
Régis Goddyn
Date de parution 19 juin 2014
Jacques Demy et les racines du rêve Jean-Pierre Berthomé
Jacques Demy et les racines du rêve
Jean-Pierre Berthomé
Date de parution 21 août 2014
  • À PARAÎTRE

Inébranlable Jack Campbell
Inébranlable
Jack Campbell
Date de parution 23 octobre 2014
Celle qui a tous les dons M.R. Carey
Celle qui a tous les dons
M.R. Carey
Date de parution 23 octobre 2014
La guerre des voeux Kai Meyer
La guerre des voeux
Kai Meyer
Date de parution 23 octobre 2014
Une aspirante nommée Harrington David Weber
Une aspirante nommée Harrington
David Weber
Date de parution 25 septembre 2014
Anomalie P. Stéphane Pajot
Anomalie P.
Stéphane Pajot
Date de parution 25 septembre 2014
Bleu argent Olivier Paquet
Bleu argent
Olivier Paquet
Date de parution 25 septembre 2014
vote
Livre9
Les Vaisseaux des airs
Martha Wells
Date de parution 01 novembre 2007
Livre9
Nouvelle vie TM
Pierre Bordage
Date de parution 26 mai 2004


triangle noir Lettre d'information triangle noir
Consulter les archives
forum atalante espace pro  Foreign Rights liens divers

  • REVUE DE PRESSE

+
Scalzi - Redshirts - Bienvenue à Bendiland
Posté 15 septembre 2014 -

J’aime beaucoup John Scalzi, il s’agit probablement de mon auteur de science-fiction contemporain préféré. Pour tout vous dire, c’est en le lisant un peu par hasard que j’ai redécouvert la SF, il y a quelques années de cela.
Et puis, je me suis éloigné, et si le cycle du Vieil homme et la guerre trône fièrement sur ma bibliothèque, j’ai un peu oublié John Scalzi. Jusqu’à ce que récemment, relisant pour la énième fois ledit Vieil homme et la guerre, je me renseigne sur ce que Scalzi était devenu, et découvre que son dernier roman avait reçu le prix Hugo en 2013. N’écoutant que mon courage – si, si – je me précipite dans la première librairie que je croise pour me procurer Redshirts, au mépris du danger.

Alors, qu’est-ce que ça vaut ? Dans Redshirts, nous suivons Andrew Dahl, jeune enseigne affecté à l’Intrépide, vaisseau amiral de l’Union universelle. Un poste glorieux, et Dahl est fier et heureux de se retrouver là… au moins au début. Car assez vite, il va se rendre compte qu’il y a quelque chose de bizarre sur ce vaisseau.
Pourquoi est-ce que l’ensemble de l’équipage évite désespérément les officiers ? Pourquoi est-ce que les hommes d’équipages, les chemises rouges, tombent-ils comme des mouches alors que les officiers survivent à tout ? Pourquoi le lieutenant Kerensky subit-il les blessures les plus atroces qui soient pour se retrouver frais et dispo à la mission suivante ? Pourquoi les ponts 6 à 12 sont-ils les seuls touchés lors des combats spatiaux ? Et pourquoi est-ce qu’il faut se rendre physiquement sur le pont pour parler aux officiers alors que tout le monde dispose de communicateurs ?

Redshirts est une parodie de Star Trek sauf qu’au lieu de s’intéresser à Kirk, Spook, et aux autres (à l’exception des deux films de J.J. Abrams je n’ai jamais regardé un seul Star Trek, donc ne m’en voulez pas si je raconte n’importe quoi, dites-vous que je parle de l’idée de Star Trek plutôt que du Star Trek réel), on suit les trouffions, les sans-grades, et toutes les chemises rouges qui servent de chaire à canon pour scénariste en panne d’inspiration.

Et ça marche. C’est diablement efficace. On rigole de bon cœur aux situations plus absurdes les unes que les autres qui tombent sur ce pauvre vaisseau et son équipage. On reconnaît sans difficulté les situations – militaires, diplomatiques, scientifiques… – qui s’abattent sur l’Intrépide, et on en redemande.
Seul défaut, l’humour est moins efficace dans la seconde partie. Mais à ce moment là, on est déjà pris par l’histoire, et on se laisse porter sans problème par les péripéties d’Andrew Dahl et de ses compagnons.

Bref, un excellent roman de science-fiction, à mettre sans hésiter entre toutes les mains. 

 

Bienvenue à Bendiland  

+
Correia - Malédiction - Blog-O-livre
Posté 15 septembre 2014 -

Il y a quelques mois je me suis lancé dans la lecture du premier tome de cette série qui s’annonçait comme un mélange de pulp, de fantasy urbaine et d’uchronie, et je dois dire que je n’ai pas été déçu tant il se révélait efficace, nerveux et bourré d’action, avec des personnages intéressants et une intrigue prenante. C’est donc sans surprise que j’ai rapidement fait rentrer dans ma PAL ce tome que j’ai décidé de lire, vu que le troisième et dernier volume est annoncé pour cet été. La couverture, illustrée par Vincent Chong, se révèle toujours aussi accrocheuse selon moi.

J’avais pas mal d’attentes avec cette suite, surtout après la fin du tome un qui laissait entrevoir certaines révélations sur l’origine de la magie qui s’annonçaient vraiment intrigante, pourtant l’auteur a vraiment réussi à me surprendre avec ce volume en allant à l’opposer de ce que j’attendais. Mais voilà ce qui était une force initialement devient, je trouve, une petite faiblesse et dans l’ensemble j’ai trouvé ce second tome moins bon. En effet là où j’attendais un volume centré sur le « cœur » de la magie, on se retrouve finalement plus dans une intrigue un peu X-Men avec ce rejet des actifs, considérés comme des monstres, avec un pays en proie aux doutes dont le pouvoir veut contrôler sa population. Il n’oublie pas pour autant le fil rouge et place quelques marches pour la suite, comme cette malédiction ou encore l’idée de cet éclaireur. On y retrouve toujours ce côté vraiment explosif et haletant qui fait que de nouveau on est emporté à tourner les pages facilement pour savoir ce qui va se passer par la suite. Les rebondissements et les retournements de situations sont toujours aussi maîtrisés même si je trouve que l’ensemble s’essouffle sur la fin, l’auteur cherchant à retarder au maximum le combat final.

Mais voilà comme je l’ai dit, l’idée de dérouter le lecteur en lui proposant une histoire différente de ce que laisser présager le fil rouge a aussi ses mauvais côtés, car une fois la dernière page tournée, clairement, on se dit que c’était fun et explosif, mais voilà on se rend compte que c’est un tome de transition et de remplissage pour mettre en place quelques pièces du puzzle qui va se dévoiler dans le prochain volume. Je me suis donc retrouvé légèrement frustré. De plus l’histoire qui est proposée, avec ce rejet du gouvernement des actifs qui font peur et doivent être contrôlés, me faisait beaucoup trop penser à X-Men, mais en moins profond et moins complexe, avec ces camps ou encore cette loi d’enregistrement. Autre point, l’ensemble m’a paru, je trouve, sans véritables surprises on sait clairement comment ça va se finir, donc quand vers la fin l’auteur se met à ralentir, à ajouter des scènes pour patienter le lecteur j’ai légèrement décroché j’avoue. Après, ces quelques points n’enlèvent en rien le côté pur divertissement assumé et dans l’ensemble on s’éclate à lire ce roman, mais il est clairement un ton en dessous du précédent.

L’univers, lui, se révèle toujours aussi sympathique et agréable à découvrir. Surtout le mélange des genres entre le pulp, l’uchronie et la fantasy urbaine qui est toujours aussi réussi et efficace. L’ensemble se révèle accrocheur et intéressant même si, il faut bien l’admettre, vu qu’il perd son aspect nouveauté il perd aussi légèrement de son charme, surtout que l’auteur ne le développe pas vraiment non plus ici, ne s’intéressant que finalement sur ce rejet des magiciens par une partie d’une population qui connait de plus en plus la crise. Il tente bien de s’offrir quelques réflexions sur le racisme et la position de la femme à l’époque, mais l’ensemble est trop simpliste. La magie par contre apporte son lot de nouveautés avec de nouveaux pouvoirs qui se révèlent originaux et intéressants à découvrir au fil des pages, tout en restant classique dans la façon de s’en servir. De nouveaux aspects magiques sont esquissés et donnent envie d’en apprendre plus. Par contre certaines idées tombent un peu à plat, je pense par exemple a celle sur les robots trop vite balayée. À noter aussi les citations en début de chapitre qui, je trouve, apporte un plus à l’ensemble.

Concernant les personnages on retrouve avec grand plaisir les principaux héros du premier tome dont on suit toujours avec autant de plaisir les aventures et les péripéties. Sullivan et Faye sont toujours aussi attachants et surtout évite de tomber dans la caricature le « Lourd » étant plus intelligent et efficace qu’on le croit et la paysanne, malgré ses jugements assez binaires, se révèlent plus profonde qu’on le pense. Les dialogues sont toujours aussi savoureux et entrainants. Je trouve juste légèrement dommage qu’ils aient un peu de mal à évoluer, on a l’impression de retrouver les mêmes que précédemment, avec les mêmes réactions et donc, par conséquent, la même façon de réagir face aux situations, mais rien de méchant. Par contre je trouve dommage que l’auteur ne se serve pas plus que cela de ses nouveaux personnages qu’il amène. Il y avait pourtant un énorme potentiel avec par exemple Murmure ou bien Hammer qui n’est, selon moi, pas totalement utilisé. C’est assez frustrant de voir par exemple Murmure s’effacer au fil des pages, malgré le secret qu’elle porte, simplement pour revenir à la fin, même chose pour Hammer qui a un pouvoir tellement intéressant, mais exploité que quand cela arrange l’auteur. Pareil pour le vilain de l’histoire, Corbeau manque de profondeur le tout compensé par une puissance exceptionnelle ce qui le rend certes intéressant dans le rôle de « gros bill » à éliminer mais l’empêche d’être plus que cela.

La plume de l’auteur se révèle toujours aussi simple, efficace et entrainante avec toujours cet aspect cinématographique qui fait qu’on se retrouve facilement emporté. Les scènes d’actions se révèlent vivantes et explosives, on a vraiment l’impression parfois de se retrouver devant un film et, comme on me l’a commenté sur le premier tome, il ne manque plus que le pop-corn. Alors certes au final je suis quand même moins convaincu par ce livre que le précédent, la faute à un aspect remplissage et au fait qu’il me fait trop penser à X-Men, mais ça ne l’empêche pas de remplir toujours autant son rôle de divertissement et offrir un moment agréable de lecture.

En Résumé : J’ai passé un plutôt bon moment de lecture avec le second tome de ce cycle qui se révèle toujours divertissant, même si je l’ai trouvé moins réussi que le précédent. L’intrigue prend à contre-pied les attentes du lecteur suite à la fin du premier tome, mais une fois la dernière page tournée on sent le tome de transition et légèrement de remplissage, de plus l’histoire ressemble parfois un peu de trop à X-Men ce qui la rend sans surprise. Cela n’empêche pas l’ensemble de se révéler toujours aussi efficace, haletant et explosif, le tout dans un univers solide, magique et intéressant à découvrir même s’il évolue très peu ici. Les personnages sont toujours aussi efficaces, bien porté par des dialogues prenants, même si je trouve que certains des personnages secondaires auraient pu être plus et mieux développés et que le « vilain » ne soit au final qu’un « gros bill » à éliminer. Je regrette par contre que la fin se fasse un peu attendre, l’auteur cherchant trop à prendre son temps. La plume de l’auteur est toujours aussi efficace, entrainante et visuelle nous plongeant facilement dans son histoire. Au final un roman un ton en dessous du précédent, mais toujours très divertissant, je lirai le troisième et dernier tome dans soucis.

 

Ma Note : 7/10

Blog-O-livre

+
  • À la une
+
Tout 2014 !
Posté 16 septembre 2014 -
thumb_couvinebranlable.jpgthumb_couvmorpork.jpgthumb_couvcarey.jpg
+
Un National Book Award pour Ursula K. Leguin
Posté 11 septembre 2014 -

Ursula K. Leguin a reçu le prix 2014 de la National Book Foundation pour sa prestigieuse contribution à la littérature américaine. Plus d'info ici.

thumb_lavinia.jpgthumb_4-chemins-jpeg-.jpg

 

+
"Le vieil homme et la guerre" sur nos écrans!
Posté 11 août 2014 -
Cela devait arriver, l'excellentissime série de John Scalzi : Le vieil homme et la guerre devient une série pour la télévision !
Toute l'information ici et une interview faite à l'auteur par l'auteur… ici.
le_vieil_homme.jpg brigades_fantomes.jpgla_derniere_colonie.jpgzoe.jpg
+
Honor Harrington omniprésente !
Posté 03 avril 2014 -

Pour tous les fans de l'univers d'Honor Harrington voici un lien qui vous fera rêver : le jeu, le film etc… !

http://tales-of-honor.com/honor-harrington

mascarade_tome_2.jpg ombre_de_la_liberte.jpg

+
Tout 2013 !
Posté 27 novembre 2013 -
+
Manuscrits
Posté 22 janvier 2013 -
Les conditions de soumission de manuscrits viennent de changer. N'hésitez pas à aller les consulter ici .
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -
facebook-icone-9793-32.png twitter-icone-8307-32.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
La flotte perdue de Campbell
Posté le 26 août 2014 par Spyro1
c'est pas mal, j'ai acheté le dernier....
pas essentiel pour suivre la trame de l'histoire principale, mais ça permet d'agrémenter quelques points de détail....